Melhor que um poema – Bresil en mouvements

Publicado em: autresbresils.net

Programme détaillé et actualisé
3 juin 2007

Lundi 4 juin : Histoires de Femmes

19h30

Une histoire Severina – [Uma História Severina] – Debora Diniz & Eliane Brum – 2005 – 23’ – vostf

Le récit des douloureuses pérégrinations de Severina, ouvrière agricole de l’intérieur du Pernambouc, enceinte d’un foetus sans cerveau. Severina se rend à l’hôpital pour interrompre sa grossesse de quatre mois. Mais le Tribunal Fédéral Suprême refuse de l’autoriser à pratiquer une IVG. Un calvaire commence pour elle et son mari, à la recherche de qui abrègera leurs souffrances.

De l’autre côté – [Do Lado de Fora] – Paula Zanettini & Monica Marques – 55’ – vostf

D’infranchissables murs les séparent de leurs maris, compagnons, enfants ou frères. De l’autre côté décrit les obstacles que doivent franchir quelques-unes des 50 000 femmes visitant leurs proches, prisonniers dans l’État de Rio. Heures d’attentes, fouilles, humiliations, pour quelques instants avec l’être aimé.

21h00

DEBAT : La condition de la femme au Brésil

Trois axes de discussion : les violences faites aux femmes brésiliennes, le rôle des femmes en politique, les combats féministes d’aujourd’hui.

Intervenants : Geneviève Garrigos (Amnesty International) ; Marilza de Melo Foucher (Economiste, consultante pour la coopération internationale et développement, membre du conseil scientifique d’Attac) ; Monique Crinon (Cedetim – Resisting Women)

Médiatrice : Erika Campelo (Autres Brésils)

Mardi 5 juin : Indiens du Brésil

19h30

Nguné Elü – Le jour où la lune a eu ses règles – [O Dia em que a Lua Menstruou] – Takumã & Maricá Kuikuro – 2004 – 28’ – vostf

Une éclipse se produit au village kuikoro (Alto Xingu). Soudain, tout est bouleversé : les animaux se transforment, il pleut des gouttes de sang, le chant des flûtes sacrées anime l’obscurité. Il n’y a plus de temps à perdre. Il faut danser, chanter, et réveiller le monde. Les réalisateurs kuikuro nous content ce qui est arrivé ce jour-là, le jour où la lune a eu ses règles.

Shomõtsi – Valdete Pinhanta Ashaninka – 2001 – 42’ – vostf

Chronique du quotidien de Shomõtsi, un Indien Ashaninka vivant à la frontière entre le Pérou et le Brésil. Le réalisateur, lui-même Indien, dresse un portrait de son oncle, mordant et drôle.

21h00

DEBAT : La situation des Indiens

En quoi consiste le projet « Vídeo nas aldeias » ? Quelle est la situation des Indiens du Brésil aujourd’hui ? Comment les soutenir ?

Intervenants : Valdete Pinhanta (Indien Ashaninka, réalisateur) ; Leonardo Sette (“Video Nas Aldeias”) ; Maria Alexandrina da Silva Pinhanta (Indienne Ashaninka) ; Danielle Mitterrand (Présidente de la Fondation France Libertés)

Médiateur : Frédéric Pagès (chanteur-compositeur)

Mercredi 6 juin : Identité sexuelle et religion

20h00

Les filles de Chiquita – [As Filhas da Chiquita] – Priscilla Brasil – 2002 – 51’ – vostf

La plus grande fête catholique au Brésil et l’une des plus importantes au monde – la procession du Círio de Nazaré – côtoie la traditionnelle rencontre homosexuelle de l’Etat d’Amazonie (la Fête de Chiquita). Deux millions de fervents catholiques d’une part, et plusieurs dizaines de milliers d’homosexuels de l’autre. Le film révèle la relation symbiotique entre le sacré et le profane.

21h00

Rencontre musicale (sous-réserve)

Pour finir la soirée en musique.

Jeudi 7 juin : Vie et musique dans les favelas

19h30

Vie nouvelle dans les favelas – [Vida Nova com Favela] – Luis Carlos Nascimento – 2005 – 15’ – vostf

Le film établit un parallèle entre différentes visions et personnalités des favelas. Il retrace un bref historique du rôle des Noirs dans la formation de ces communautés et dans leur fonctionnement au quotidien, de l’abolition de l’esclavage à nos jours. En mêlant images d’archives et actuelles, le film interroge la vision stéréotypée de ceux qui vivent en-dehors des favelas.

Mieux qu’un poème – [Melhor que um poema] – Cacau Amaral – 2006 – 15’ – vostf

Portrait de jeunes des quartiers périphériques de la ville de Rio de Janeiro. Privés d’espaces d’expression, ils s’investissent dans le hip-hop, leur propre et leur seule opportunité d’accéder à la culture et aux loisirs.

Rap, chant de Ceilândia – [Rap, O Canto da Ceilândia] – Adirley Queirós de Andrade – 2005 – 15’ – vostf

Dialogue avec quatre artistes consacrés du rap brésilien (X, Jamaika, Marquim et Japão), tous natifs de Ceilândia, banlieue de Brasília, capitale du pays. Le film présente la trajectoire de ces personnages dans l’univers de la musique et fait un parallèle avec la construction de la ville où ils habitent. Ces artistes voient dans le rap le seul moyen de révéler leurs sentiments et de se réaffirmer comme habitants de la périphérie.

Quatro Varas : la force d’une favela – Benoit Théau & Christina Auxéméry – 2002 – 26’ – vostf

Fortaleza, Nord-Est du Brésil. La ville abrite la deuxième plus grande favela du Brésil. Certains des habitants de ces bidonvilles se sont organisés en associations afin d’améliorer leurs conditions de vie. Quatro Varas, l’une de ces associations, travaille surtout à donner aux habitants une meilleure image d’eux-mêmes et à tisser des liens sociaux.

21H00

DÉBAT : Vie et musique dans les favelas

La place et le rôle de la musique dans les favelas, Afro-descendants et favelas… Deux axes de discussion et de comparaison avec nos banlieues.

Intervenants : Jacques Pasquier (Association Gamins de l’art rue) ; Livio Sansone (Université Fédérale de Bahia – Professeur invité à l’IHEAL) ; Valério da Silva (Fondation Bento Rubião).

Médiateur : Eros SANA (Association Veto, Réseau ZEP – Zone d’Ecologie Populaire).

Vendredi 8 juin : Droit au logement

19h00

En marge des toits – [A Margem do Concreto] – Evaldo Mocarzel – 2005 – 85’ – vostf

Opérations de dénonciation et occupations d’immeubles vides dans la ville de São Paulo : des citoyens luttent ensemble pour plus de justice et d’intégration sociales, pour la reconquête de leur droit fondamental d’accès à la ville. Témoignage d’une situation devenue insupportable pour une population modeste, le film suit le Mouvement des Sans Toit de São Paulo et dresse le portrait de quelques-unes de ses figures marquantes. Second volet d’un tétralogie pauliste, amorcée avec le film « En marge de l’image ».

RENCONTRE avec le réalisateur Evaldo Mocarzel

21h00

DEBAT : Droit au logement

Un panorama des actions menées au Brésil pour l’accès à un logement digne.

Intervenants : Verônica Kroll (Mouvement des Sans Toit) ; Evaldo Mocarzel (réalisateur) ; Dominique-Cécile Varnat (fondation Abbé Pierre)

Médiateur : Ivan Du Roy (journaliste à Témoignage Chrétien et Bastamag.org).

Samedi 9 juin 1ère partie : Eduardo Coutinho

15h00

Edificio Master – Eduardo Coutinho – 2002 – 110’ – vostf

Ce film suit, au quotidien, les habitants de l’immeuble « Edifício Master », à Copacabana, Rio de Janeiro. 12 étages de 23 appartements chacun. En tout, 276 logements où vivent près de 500 personnes dans la décadence, l’espoir et la solitude. Prostituées, trafiquants, domestiques, retraités, tous racontent leur histoire simplement et dignement.

17h00

Une vérité à vivre – [Verdade marcada pra viver] – João Novaes – 2004 – 29’ – vostf

Un documentaire métalinguistique qui célèbre les 40 ans du classique Un Homme à abattre (Cabra marcado pra morrer), oeuvre majeure d’Eduardo Coutinho. Le film traite des différences entre le cinéma direct et le cinéma vérité.

17h30

DEBAT : Eduardo Coutinho et le documentaire brésilien

Quelle est la situation du documentaire brésilien aujourd’hui ? En quoi Eduardo Coutinho est-il particulier ?

Intervenantes : Anna Glogowski (Conseiller de Programmes Documentaires à France 3), Mônica Araujo (documentariste)

Médiateur : Carim Azeddine (réalisateur et critique cinéma pour Infos Brésil)

Samedi 9 juin 2è partie : Lutte pour la Terre

19h00

Zé Pureza – Marcelo Ernandez – 2006 – 97’ – vostf

Le film retrace le parcours d’un groupe de familles du Mouvement des Sans Terre (MST), installé au Nord de l’État de Rio de Janeiro. L’équipe de tournage a suivi pendant 4 ans les réunions, les mobilisations, les occupations, les évacuations, les manifestations publiques et les drames sociaux vécus par ces familles dans les divers endroits où elles ont installé leurs campements.

21h00

Expedito – [Expedito – Em Busca de Outros Nortes] – Beto Novaes & Aida Marques – 2006 – 70’ – vostf

Un tableau de la colonisation de l’Amazonie dans les années 70, époque où le gouvernement brésilien favorise l’avancée de larges fronts d’exploitation dans la région. Expedito Ribeiro de Souza, paysan et poète, part alors avec sa famille pour la forêt, à la recherche d’un lot de terre à cultiver. Son engagement politique et syndical lui attire la haine de grands propriétaires terriens qui finissent par mettre sa tête à prix. Participation du chanteur et compositeur Chico Buarque comme narrateur des poèmes du leader rural.

RENCONTRE avec les réalisateurs Aida Marques et Beto Novaes

(Expedito sera projeté une 2è fois, également en présence du réalisateur, le lundi 11 juin à 20h15 au CINÉ 104 à Pantin. Plus de détails ICI)

Dimanche 10 juin : Travail Esclave

15h00

Chaînes – [Correntes] – Caio Cavechini & Ivan Paganotti – 2005 – 58’ – vostf

Aujourd’hui, les fers aux bras et aux chevilles des ouvriers asservis ont été remplacés par les jougs symboliques de la dette et de la violence, l’assujettissement par la misère, la migration, les leurres, le travail. Le film témoigne de ces changements dans la continuation, à travers les expériences de lutte quotidienne des abolitionnistes modernes – des inspecteurs du travail et autres militants des droits de l’homme.

RENCONTRE avec le réalisateur Caio Cavechini

17h00

La légende de la terre dorée – Stéphane Brasey – 2007 – 55’ – vostf

État du Pará, sud de l’Amazonie brésilienne : terre de lumière, terre de violence. Séduits par de fausses promesses, des centaines de travailleurs affluent jour après jour dans d’immenses exploitations, où ils sont réduits en esclaves : retenus, mal nourris et mal logés, endettés artificiellement, privés de salaire.

RENCONTRE avec le réalisateur Stéphane Brasey

19h00

DEBAT : Lutter contre le travail esclave

Depuis 2003, le gouvernement brésilien reconnaît officiellement la pratique de l’esclavage sur son territoire et intensifie la lutte pour l’éradiquer. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Intervenants : Caio Cavechini (Agence Repórter Brasil) ; Stéphane Brasey (réalisateur) ; Beto Novaes (réalisateur) ; Debora Lerrer (Doctorante à l’EHESS, journaliste)

Médiateur : Georges da Costa (Autres Brésils)

Publicado em: http://www.autresbresils.net/bresil-en-mouvements-brasil-em/bresil-en-mouvements-2007/le-programme/article/programme-detaille-et-actualise. Acesso em: 18/9/2013

Anúncios

Sobre Cacau Amaral

Cineasta brasileiro. Direção em 5X Favela; 1 Ano e 1 Dia; Cineclube Mate com Angu; Sociedade Musical Lira de Ouro; Programa Espelho e Aglomerado. https://cacauamaral.com/
Esse post foi publicado em Clipping, Internacional, Na rede. Bookmark o link permanente.

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s